Entretien professionnel

1 - Objet

L’entretien professionnel est l’occasion pour chaque agent, une fois par an, de faire le point sur sa situation professionnelle et d’évoquer les perspectives pour l’année à venir. Cet entretien a un caractère individuel, confidentiel et obligatoire. Les implications de celui-ci deviennent à ce jour considérables.

Il s’agit d’un échange entre l’agent et le supérieur hiérarchique en charge de l’entretien. Les thèmes abordés sont les résultats professionnels, la manière de servir de l’agent, les acquis de son expérience professionnelle, les besoins de formation ou encore les possibilités d’évolution de l’agent.

Cet entretien professionnel est versé au dossier individuel de l’agent, sous la forme d’un compte rendu établi par l’évaluateur et signé par l’agent, l’évaluateur puis l’autorité hiérarchique.

Cet entretien professionnel est pris en compte dans de nombreux aspects de la promotion tels que les listes d’aptitude, les tableaux d’avancement, les postes discrétionnaires… Nous vous engageons à ne pas mésestimer sa portée et à le préparer au mieux.

2 - Références juridiques

3 - mise en œuvre, le calendrier

Il concerne aussi bien les agents en position normale d’activité que ceux en détachement au 31 décembre de l’année considérée.

Les agents réunissant ces conditions mais absents au cours de la période d’évaluation (pour cause de congés maladie, maternité, cessation temporaire de fonctions) sont convoqués dans les deux semaines qui suivent leur reprise d’activité.

Les agents sont appréciés dans la direction dans laquelle ils sont affectés au 31 décembre de l’année considérée (la date du 31 décembre 2017 pour la notation 2017 qui se déroulera au 1er trimestre 2018). Chaque agent titulaire en activité totalisant au moins 90 jours de présence effective doit se voir proposer un entretien.

En cas de changement d’affectation, de fonction ou de poste au cours de l’année civile considérée, l’avis formel du supérieur précédent est nécessaire. L’entretien professionnel est proposé par l’évaluateur en principe huit jours à l’avance. Si un empêchement ne vous permet pas de vous y rendre et que vous n’avez pas expressément refusé l’entretien professionnel, votre supérieur hiérarchique doit vous proposer une autre date. Ce délai de huit jours permet à l’agent de préparer son entretien.

La remise du compte rendu doit intervenir concomitamment à l’entretien et au plus tard 15 jours après celui-ci. L’agent dispose alors de 15 jours maximum pour prendre connaissance du compte rendu, pour formaliser ses observations et le signer. Cette signature ne vaut pas acceptation du contenu : elle signifie que l’agent a pris connaissance de ce compte rendu. En cas de refus de signature, celui-ci est constaté par le supérieur hiérarchique.

Le compte rendu d’évaluation, signé par l’agent et l’évaluateur, est alors transmis au divisionnaire qui émet un avis dans la rubrique concernée.

Enfin le chef de service des directions régionales ou interrégionales, les chefs de service à compétence nationale signent cet acte et lui confèrent son caractère définitif. Ce compte rendu est alors notifié à l’agent par le supérieur hiérarchique. L’agent dispose de 15 jours pour dater, signer et porter d’éventuelles observations.

Le CREP est ensuite versé au dossier individuel de l’agent.

4 - Refus de l’entretien

Si l’agent refuse cet entretien, le compte rendu est renseigné par l’évaluateur sans possibilité pour l’agent de le faire évoluer.