Principes

Temps de lecture 1 min. | Mise à jour le 16 mai 2022.

A partir du 1er janvier 2020, et suite à la loi de 2019, les règles de gestion de mutation des agents de la DGDDI évoluent. Nous passons d’un système où le paritarisme qui existait dans les CAP assurait des garanties collectives avec la formation et un tableau de mutations connus de tous, à une gestion plus opaque, et sans consultation des organisations syndicales.

L’objectif annoncé étant une simplification administrative, mais le dialogue social y perd, puisque les décisions sont désormais unilatérales et déséquilibrées, en défaveur des agents qui seront soumis aux choix de l’administration.

Les agents qui n’ont pas changé de poste depuis cinq ans se verront proposer un entretien avec leur chef de circonscription et le pôle RH pour déterminer pourquoi l’agent n’a pas sollicité une mobilité. Cet entretien n’induit pas une obligation de mobilité mais conduira l’administration à informer l’agent des possibilités de mobilités géographiques et fonctionnelles.